Internat Kaijuu -maison de correction-
Pas encore connecté ou alors tu es un invité ?
Viens vite nous rejoindre~
Le forum est encore tout nouveau mais on va t'accueillir avec un grand sourire !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ran hayamori Muños

Aller en bas 
AuteurMessage
Ran Hayamori
Chef des Kitten Jerk
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 09/04/2011

Feuille de personnage
Gang: Kitten Jerk
Ordre: Pensionnaire

MessageSujet: Ran hayamori Muños   Sam 9 Avr - 21:54

Carte d'identité

Nom : -En France- Hayamori. -En Colombie on porte le nom de la mère et du père- Ran Hayamori Muños
Prénom : Ran
Age : 17ans

Poids : 49kl
Taille : 162cm
Sexe : féminin

Orientation : "hm...j'aime bien les mecs bien...physique là, avec les pec' Mais un tit truc au lit avec une nana me va bien "
Origine : Colombienne,japonaise,portugaise.
Nationalité : Française/Colombienne -elle a la double-

Renseignements

style de combat : Ceinture noir de karaté elle a commencé quand elle avait 8ans. Elle pratique aussi le taekwondo depuis 3ans, et manie très bien le couteau. Elle se met au kung fu, depuis quelques mois.

Elle a du mal : se battre dans des endroits étroits, se battre quand elle a but, quand elle a fumer ou pris un truc. Elle perd concentration quand il y a des armes à feu et a du mal à analyser la situation dans ses cas là, et perd parfois le contrôle si elle a la pression. Quand elle est sous l'emprise de la drogue il ne vaut mieux pas qu'elle se batte, elle a des sortes de pulsions meurtrière sinon et peut sortir son gun à tout moment.

Choix : Extérieur - ramasser les ordures par terre-

Groupe : Chef des Kitten jerk

Études

Classe : 1er
Choix de langues : lv2 espagnol
Orientation dans : Edd Danse
Sport : Piscine-Basket-Handball

Niveau :


  • Histoire- "hm Napoléon..hm..c'est..attends c'est pas un mec qui fait les Napolitin, tarpin bon ces gâteaux !"
Niveau historique elle ne connait rien, elle en sait des choses sur la mythologie, mais l'histoire après c'est pas son truc, elle a lâché vers le collège.


  • Math- "Ben 1 1 = 2. 3x3 = 9. Division j'ai mon portable pour diviser et puis si ça me fais chier je vole comme ça j'ai rien à payer. Hein ? Les facteurs ? Bah le matin ça passe pour le courrier non ?"
Elle n'est pas très doué, et elle ne fera aucun effort, car les mathématique c'est pas son fort. Elle a lâché les math le jour où le 'x' est apparut.

  • Anglais- "Hey Bayb', what are u doing to my fucking sister now hah? your fucking bastard I gonna kick u ass son of a bitch !"
Elle parle un très bon anglais de racaille mais ne sait dire que des insultes et des représailles, sinon elle ne sait pas dire grand chose.

  • Espagnol - "Hola chico, soy Ran, soy la mujer la mas fuerte de todas las mujeres. Juepucha va a devidir mi uejos...caillate."
Elle parle pratiquement couramment espagnol.

  • Sport - "Je vais tous vous buter. hahahaha~"
Sacré force de compétition la petite n'aime pas perdre, elle est plutôt doué à la nage, elle nage plutôt vite, le basket elle nous fait des saut prodigieux mais à du mal à rattraper la balle. Handball elle adore et s'investit à fond.

Caractéristique

Mental : Que dire de Ran, vous apprendrez à la connaitre. La Ran coléreuse fait peur, la Ran souriante nous rend heureux, la Ran triste...oh, vous ne la verrez jamais triste. Encore moins pleurer, sauf si c'est de la comédie. Extrêmement calculatrice il vous faudra être dans son groupe ou avoir une sacrée chance si elle ne se met pas à jouer la comédie avec vous. Vous ne la connaitrez jamais, elle peut vous dire "j'ai peur de ça" et se sera faux, ou dire "j'adore ça" et elle détestera. Vous ne le saurais pas. Il n'y a que les membres de son équipe avec qui elle est naturel. Elle adore manipuler les gens, et mettre tout le monde à dos de quelqu'un. Si elle persécute quelqu'un c'est qu'elle se sent seule, rien de plus. Voir quelqu'un souffrir car tout le monde est contre lui, fait sentir Ran moins seule. Elle est très dégourdie et est une sacrée blagueuse, elle a un caractère bien trempée. Quand elle fait ses affaires elle fait preuve d'un sérieux incroyable, d'une observation déconcertante et d'une logique impressionnante. Elle est protectrice envers son groupe, si vous toucher à un de ses membres, vous le paierez chère. Elle n'aime pas les chochottes, si vous en êtes une, elle commencera son jeu avec son groupe, la persécution. Elle n'aime pas les gens lent, imaginez quelqu'un de lent dans son groupe quand elle braque un magasin ou autre. Non pas de place pour ça. En bref, faite attention à elle. Elle n'est pas seulement jolie, ceinture noir de karaté elle ne se généra pas pour vous éclater s'il le faut. Il ne vaut mieux pas lui parler de sa famille. Elle risque de devenir, violente ou d'être très froide avec vous.

Physique : A la base Ran est rousse, mais ça vire un peu dans les roses et blond parce qu'elle s'est fait faire des couleurs. Elle est mince et de taille moyenne, dans les 1m62. Elle n'est pas maigrichonne pour autant, son ventre est dur sans pour autant avoir les abdos. Ca se voit qu'elle fait du sport, elle à un dos droit, et de fines jambes mais elle a tout de même des formes, des hanches bien dessiné et une petite poitrine ronde, peut-être que ses seins ne sont pas très gros mais il ne tombe pas ! -toute façon on voit comment ils sont sur le vava- elle de belle fesse, légèrement dodue sur les hanches ça augmente son charme féminin. Elle s'habille de manière décontracté ou sportive tout en restant sexy. Ses cheveux sont moyennement court, mais elle les attachent derrière, ils sont assez sauvage. Cheveux rebelles. saleté de cheveux rebelles celons Ran...Saleté de petit sein aussi celons elle.

Son histoire


  • Famille plutôt banal pour nous adolescent d'une époque étrange. Son père est partit quand elle avait tout juste trois ans pour une femme nommée Daisy. Jeune belle, un peu conne sans trop l'être, Colombienne en plus comme si son père en avait pas eu assez dans son pays, un bon coup, avec un bon revenue, touchant du bout des doigts le milieux du mannequina. La femme parfaite pour son père. Ce père trop souvent absent à vite était remplacer par un beau père trop présent. Beau père gentil, fou de sa mère mais qui tournera malheureusement mal par la suite. La mère de Ran travaillait dans une entreprise, une grande entreprise, elle avait un très bon poste mais tout son argent passait dans les jeux. La famille de Ran était donc plutôt pauvre. Son beau père lui travaillait dans un fast-food, il avait abandonné ses études pour s'occuper de ses petites sœurs et comme il était plutôt typé il avait du mal à trouver de bon poste. Mais il ne se plaignait pas. Son vrai père quant à lui ne voulait pas payer de pension alimentaire, il estimait que la mère gagnait suffisamment.


  • Quand elle était petite elle se sentait constamment seul, ce sentiment la suivait de partout. Chez elle elle se sentait seul, en classe elle se sentait seul, entouré elle se sentait seul. Sa mère n'était pratiquement jamais là, travaillant dans une autre ville elle ne venait que rarement. Son beau père allait souvent voir la mère de Ran, il rentrait tard le soir quand la petite était déjà au lit. Très jeune elle fut confronter à cette solitude. Une fois elle s'était sentit bien. C'était la première fois qu'elle avait vu son père. Il était arrivée, et avait posé son manteau sur le porte manteau. Ensuite ils étaient partit au parc, ils n'avaient pas dit un mot jusqu'à ce que son père voit une vieille dame crier sur un pigeon. Un fou rire entre le père et la fille était arrivé, et de là était né leur complicité. La journée était magique pour la petite Ran, ils avait mangé une glace et comme son père n'avait pas d'argent pour une deuxième Ran avait partagé la sienne avec lui. Elle trouvait son père plutôt cool, avec son jean troué et son t-shirt pourri il avait l'air d'un de ses mecs qui fument dehors des pétards. Le père et la fille avaient passé la journée, à parler, son père lui racontait comment il était tombé amoureux de sa mère, et il lui avait même expliqué comment on faisait les bébé. Ran n'avait pas arrêté de regarder l'entre jambes des garçons qui passaient par la suite. Elle avait poussé son père de la balançoire et celui-ci avait fait semblant de tomber, elle s'était pris la balançoire dans les yeux par la suite


  • C'était une belle journée....A la fin, son père était partit du parc en disant "on se revoit le week-end prochain ma puce." et Ran avait dit un "au-revoir...papa.." en souriant, heureuse. En rentrant elle avait vu que son père avait oublié son manteau, elle se disait "je lui rendrai week-end prochain"
  • Mais...son père n'était jamais revenue. Chaque week-en, Ran appelé et laissé un message. Sans rancune, elle était juste une petite fille qui tout les week-end trouver une excuse à son père pour ne pas répondre à un coup de file. Au bout d'un an, Ran n'appelait plus. Son père ne l'avait jamais rappelé. Et le porte manteau, était devenu le porte manteau de la petite Ran de primaire.


  • En primaire elle se faisait lever par son beau-père par un "bonjour ma petite Ran". A l'époque elle le laissait s'approcher. Il lui disait des choses plutôt futiles mais c'était sa façon à lui de lui montrer qu'il tenait à elle. Il lui disait que manger le matin était important et donc qu'avant de partir elle devait manger. Ensuite celui-ci partait. Elle se préparait donc et aller seul à l'école primaire. Beaucoup de professeur se questionnait, il est rare de voir une gamine de 6ans marcher seul dans la ville. C'était une petite ville mais il s'y passait des choses, on y accueillait souvent des supporter de foot, du coup on voyait souvent des gens bourrés dans cette ville. Elle rentrait quand il faisait nuit car elle faisait du karaté pour enfant, elle se donnait à fond. Ces cours étaient à l'école, donné dans une salle spécial. Certains professeurs assistaient au cours et la voyait rentrer seule par la suite. On convoquait donc souvent les parents de Ran, pour savoir si ça se passait bien à la maison.

-Les profs fouinent un peu trop. Ils devraient rester à leur place, l'école et point barre.


  • disait souvent la mère de Ran qui en avait marre de recevoir des messages sur son portable. Elle n'y répondait jamais, et n'allait jamais à ces convocations. En primaire Ran travaillait dur, dur pour que quand elle revoit son père, il soit fière. En rentrant au collège elle commença doucement son groupe. Elle lâcha l'école très vite. Sa mère trompait son beau père, Ran le savait, et elle voyait son beau père dépérir avec sa bouteille. Sa blonde avait remplacé sa brune. Elle avait trouvé médicament à sa solitude, faire du mal au gens. Au début du collège il y eu cette fille, Jull, qui se suicida par la suite. Mais par la suite dans son nouveau collège il n'y avait plus rien pour combler sa solitude, plus de Jull. Alors doucement elle s'en était pris à son beau-père. Pourquoi ? Il était devenue de plus en plus violent. Il savait que la mère de Ran le trompait, mais il ne disait rien l'aimant trop, et il s'en prenait à la petite. Ran l'avait bien dit à sa mère, mais après l'histoire de Jull la mère avait appris à ignorer sa fille. Un coup, un bleu, mais rien, sa mère l'ignorait et ignorait la façon dont le beau-père traitait sa fille. Alors très vite Ran s'était dit "très bien." plus il frappait fort, plus elle voulait qu'il finisse comme Jull. Mais comment ? Elle commença à se faire des amis plus âgée qu'elle, cela pris quelques mois pour qu'ils la considère d'égal à égal. Au bout d'un an ils étaient très proche. Sa vengeance prenait du temps, mais elle serait parfaite. Enfin, c'est ce que Ran croyait. Elle n'en parla à personne, aucun membre de son groupe et fit doucement aller les choses. Elle s'amusa, et mis la barre plus haut. S'occuper de son beau-père et de pauvres choses de son collège. "commençons" voilà ce qu'elle avait dit en 5em. 4mois après trois élèves changeaient de collège pour fuir la tyrannique Ran. Rapidement ces amis un peu plus âgés rejoignirent son groupe. Elle demanda donc à ces amis là de faire quelques boycotes aux travail de son beau-père. Au début ça se limitait à client qui venait se faire rembourser : le beau-père gagnait moins. Ensuite ça alla à cafard dans le sandwich : contrôle d'hygiène. Évidemment, vu que ça n'allait pas au travail du beau-père, Ran se prenait plus de coup que prévue. Mais quand ses potes lui disaient "ça va aller..?" d'un air inquiet, elle souriait en coin sans rien répondre. 4em "essayons ce nouveau jeu" dit-elle à la rentrée. Dans le collège où les amis plus âgés que Ran étaient, 5élèves partirent dans une autre ville pour fuir. Dans le collège de Ran une faillit se suicider mais son petit ami la sauva. Celui-ci voulu frapper Ran mais c'est lui termina à l’hôpital. Le beau-père de Ran avait maintenant le contrôle d'hygiène collé au cul. On menaça de fermer son restaurant, étrangement il y avait des rats maintenant. Ran...
  • Ran prête à tout pour le voir dans l'ultime solitude. Ran tellement prête à tout qu'en 6em elle s'en était cassé le bras pour accuser Jull. En 3em elle était dans un autre collège, on l'avait renvoyé de l'autre. Elle était seul sa bande était restée dans l'autre collège, contraint. Ainsi, dans le collège de sa bande il y eu un suicide. Alors très vite la bande de Ran finit dans le même collège qu'elle. Cette année il n'y eu ps de problème en classe. Ran était occupé à se faire une place avec sa bande dans le quartier ouest, la bande commençait à se faire connaitre par les racailles, et bientôt la bande s’agrandit. Étrangement cette année la mère de Ran était plus souvent à la maison. Son amant avait rompu. Le beau-père désespéré avait raconté ce qu'il se passait à son boulot à sa femme. Elle avait tout de suite pensé à sa fille, mais n'avait rien dit pensant que ça n'irait pas plus loin, n'y à Ran, n'y à son homme. 2nd, Ran passa au lycée. Elle y retrouva les 3élèves qui avaient fuit auparavant. Au bout de seulement deux semaines, une se suicida. Ran décréta devant la police qui commençait à la connaitre "c'est ma faute, laisser mes potes partir." ainsi elle fut envoyer seul en maison de correction. Elle y resta 3mois. Quand elle ressortit sa mère la gifla devant sa bande. Ran la regarda et partit rejoindre ses amis. C'est à ce moment que la mère de Ran sentit que sa fille lui échappait. La mère sentit quelque chose d'étrange. De la peur. Pourquoi avait-elle peur? Peur de sa fille... elle avait peur que sa fille fasse quelque chose à son homme pendant son absence. Et pas seulement sa fille, en voyant les amis de Ran elle compris tout de suite. Du coté du beau-père ça n'allait plus, on venait de le renvoyait, on avait retrouvé un doigt dans un de ses plats. Un vrai doigt...La police fit des recherches et tombèrent sur une fille. Elle était dans une autre ville. Quand elle expliqua à la police qu'elle avait eu des problèmes avec une certaine bande et qu'en guise de pardon elle avait du couper son doigt, la piste remonta vite jusqu'à la bande de Ran. "C'est pas eux, c'est moi." elle alla encore seul à la maison de correction. Elle y resta 5mois. Quand elle revint la bande s'agrandit d'un nouveau membre, un membre qu'elle avait rencontré en maison de correction. Cette année fut la meilleur. Elle réussit à faire partir pratiquement toute sa classe. Cinq professeur furent virés, deux allèrent en prison pour abus sur jeune fille. Son beau-père n'osait plus approcher Ran et n'arrivait plus à dormir la nuit. Il était au bord des nerfs. Il n'osait plus la frapper, il n'osait plus lui parler. Puis, Ran demanda à ses amis d'aller voir son beau-père pour lui casser la gueule. Des amis doués pour se battre. C'est ainsi..que chaque soir le beau-père se fit casser la gueule. Quand il demandait pourquoi on lui disait "oh tais toi, elle elle a supporté ça pendant 5 ans." quand son beau-père rentrait en sang, il ne croisait jamais Ran. Ran n'était pratiquement jamais à la maison. Elle dormait chez des amis mais ne restait jamais dormir chez elle...parfois elle dormait dehors. Aucune importance, l'odeur de l'alcool l'avait exaspérer. Quand elle allait chez elle, son beau-père n'était pas là. Un jour il l'avait attendu à la fin des cours, puis il s'était mis à pleurer devant elle la suppliant de lui pardonner et d'arrêter ça. Elle disait un "mais de quoi tu parles" alors que ses amis craquaient leurs poings en regardant le beau père pour dire "à dans deux minutes". C'est ainsi que le beau-père à bout avait finis par ne plus manger et à ce laisser aller chez lui. Quand sa mère était revenue après longtemps, elle avait trouvé le beau-père au bord du suicide. Elle était alors sortit, en furie et avait chercher Ran partout dans les quartiers.
----

  • Elle l'avait finalement trouvé avec sa bande dans le quartier Ouest de la ville. Ran était justement entrain de se fumer un pétard quand sa mère arriva et la gifla. La gifle fut tellement forte que Ran en tombât par terre. Sur le moment un membre de son groupe voulu frapper la mère, mais un autre membre le retint. Ran se leva et regarda sa mère de haut en lui soufflant sa fumer au visage.
    "Bonsoir madame Hayamori." sa mère criait tellement fort qu'on aurait pu l'entendre à l'autre bout de la planète. "ESPÈCE DE MALADE TU VEUX QUE TON PÈRE CRÈVE OU QUOI?!!!! POURQUOI TU LUI FAIS CA?!!!" Ran écrasa son pétard au sol et regarda sa mère avec un regard noir mais livide. "ce n'est pas mon père. Si tu m'avais aidé quand je te l'avais demandé. Si tu m'avais cru. Je n'aurai pas eu à faire ça." sa mère s'était mise à pleurer "tu insinue que c'est ma faute ?" "oui." "monstre, comment tu peux faire culpabiliser ta mère comme ça" aussi froide que l'hiver Ran avait répondu "mais tu n'es pas ma mère. D'ailleurs...pourquoi t'es encore là..." elle sourit "sérieux.......casse toi.." Cette phrase, était une phrase qu'elle utilisait souvent pour faire se suicider quelqu'un. Cette phrase sa mère la connaissait. La police l'avait mise au courant. Choquée que sa fille lui fasse ça. Elle resta bête pendant un bon moment sans que sa fille ne la quitte du regard. Puis finalement Ran se retourna et dit un "on s'casse." laissant sa mère seul. Sa mère resta pendant de longues minutes seul, ces minutes ressemblèrent à des heures pour elle, sa peine était immense. Elle sortit son portable, elle pour la première fois depuis longtemps, elle appelât son ex-mari. Le vrai père de Ran. Il ne répondit pas et elle laissa un message.
"...Jhon-Jailo...c'est Miyahi....Jhon-Jailo...je n'y arrive plus....reprend ton rôle de père en main...maman est fatiguée. Por favor.." elle raccrocha.
Quand Ran rentra chez elle, elle trouva la police. Elle ne compris pas mais on l'arrêta. Sa mère avait tenté de se suicider, et son beau-père fou de rage avait appelé la police pour que la mère explique les méthodes de sa fille, l’accusant de tout. C'est ainsi, que Ran vu sa mère assise, les joues mouillée de larme, la regardant d'un air triste. Ran regarda sa mère, choquée pendant que la police lui mettait les menottes. La mère de Ran se leva en pleurant et voulu caresser la joue de sa fille, elle ne pu pas car sa fille lui cracha dessus. "Ran pardon mais...il faut que quelqu'un t'aide..ça peu pas continuer..." Ran sourit "traitre." tandis qu'on la faisait sortir d'ici elle regarda sa mère en susurrant entre ses lèvres "je te ferais...sentir ma solitude..mama."

fin


Histoire concernant le début du groupe de Ran Kitten jerk
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ik-correction.forumgratuit.org
 
Ran hayamori Muños
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Internat Kaijuu -maison de correction- :: Personnages :: Présentation pensionnaires-
Sauter vers: